Du Cap Nord à la Mer Noire : enjeux géostratégiques d’une frontière commune avec la Russie ?

Stéphane Delory, Isabelle Facon, Jean-Jacques Patry, Nicole Vilboux, Gaëlle Winter, octobre 2017

L’affaire ukrainienne de 2013-2014 a clairement réenclenché un dilemme de sécurité en Europe, dont les effets les plus évidents se cristallisent différemment sur les zones frontalières avec la Russie : le Grand Nord ; la Baltique et son extension biélo-ukrainienne ; la mer Noire vers la Méditerranée et les Balkans.

Il s'agit-là, d'un niveau de tension socio-politique élevé dans les régions vers lesquelles les forces françaises pourraient être amenées à intervenir au titre de l’article 5 de l’OTAN. L’occurrence d’agression territoriale s’estompant avec les remontées en puissance progressives parmi les Alliés de l'OTAN (Baltique, Sud-Est), les conflits ne pourraient survenir que sur le terrain des sociétés civiles segmentées, travaillées par des influences extérieures. Ce serait alors une implosion qu’il faudrait tenter de prévenir ou d’endiguer, afin d’enrayer toute possibilité d’escalade. Avec toutes les hésitations d’intervention que cela comporterait de la part des pays voisins et des alliés.

Plus directement, c’est à une « reterritorialisation » militaire que l’on assiste le long de la ligne frontalière avec la Russie. A la clé, s’établissent des postures strictement défensives arc-boutées sur des espaces sous-régionaux bien délimités. A très court terme, les cultures opérationnelles de nos alliés « de la ligne » vont diverger des nôtres, plus orientées vers la projection extérieure extra-continentale.    

La version intégrale de cette publication n'est disponible qu'au format PDF.
Afin de lire cette version, merci de télécharger le fichier ci-dessous.

Télécharger au format PDF