Le recours aux proxis, quel avenir pour les forces terrestres ?

Michel Goya, septembre 2018

Le document Action Terrestre Future citait la masse comme l’un des facteurs de supériorité opérationnelle. Il la définit comme « la capacité à générer et entretenir les volumes de forces suffisants pour produire des effets de décision stratégique dans la durée, prenant en compte les impératifs dictés par le cadre espace/temps spécifique à chaque opération ». Conscient des limites du format de nos armées, le document propose trois pistes pour faire face à un besoin éventuel de massification :

  • « l’assistance militaire opérationnelle pour agir avec des forces locales ;
  • l’engagement d’opérateurs privés (tâches organiques, logistiques, de protection de la force) ;
  • l’action dans le cadre de coalitions (à relier au facteur de supériorité « coopération ». 

Pour compléter ces possibilités, cette note d’analyse se propose d’explorer la piste du recours à des combattants locaux (ou nommés ensuite sous le terme générique d’« auxiliaires » insérés dans des forces sous commandement français.

La version intégrale de cette publication n'est disponible qu'au format PDF.
Afin de lire cette version, merci de télécharger le fichier ci-dessous.

Télécharger au format PDF