« Escalade to De-escalate » : interrogations sur l’existence du concept dans la doctrine nucléaire russe

Emmanuelle Maître, bulletin n°49, décembre 2017

Quel que soit le degré de clarté des doctrines, leur interprétation est toujours influencée par les intentions générales prêtées à l’Etat qui les formule et le contexte général. Par ailleurs, lorsqu’un revirement de doctrine est annoncé par des analystes, une école de pensée tend à se former pour valider l’annonce au vu de déclarations, déploiement ou pratiques, et ce en dépit d’éventuels dénégations de l’Etat concerné. Ainsi en est-il de la doctrine dite « Cold Start » en IndeCold Start - a Mixture of Myth and Reality, 10NEWDELHI295_a, Wikileaks, 16 février 2010.
« The Indian Army's "Cold Start Doctrine" is a mixture of myth and reality. It has never been and may never be put to use on a battlefield because of substantial and serious resource constraints, but it is a developed operational attack plan announced in 2004 and intended to be taken off the shelf and implemented within a 72-hour period during a crisis. »
. Bien que des officiels aient nié son adoption comme stratégie officielle, une partie importante des analystes est convaincue de sa mise en œuvre et Islamabad justifie en particulier ses déploiements de missiles balistiques courte portée Nasr comme une réponse à cette stratégie.

L’adoption officielle d’une stratégie n’est donc pas nécessaire pour que celle-ci ait des conséquences chez de potentiels adversaires. Par ailleurs, l’on peut s’attendre dans ce cas de figure à ce que la communauté des experts se fracture entre les « convaincus » et les « sceptiques ». Dans le cas du Cold Start, la notion est très largement estimée comme correspondant à la stratégie indienne, et ce au-delà des cercles pakistanais, puisqu’elle est régulièrement reprise dans les médias, conférences et ouvrages consacrés aux relations entre les deux pays.

Il en est de même pour la doctrine russe dite « escalate to de-escalate », qui suppose un abaissement du seuil du nucléaire permettant à Moscou de se sortir d’un échec conventionnel par l’usage d’armes nucléaires « tactiques ». Cet usage en premier serait censé intimider les forces de l’OTAN et les pousser à renoncer à l’action militaire en cours. Très bien documentée, cette stratégie – initialement mise en œuvre par l’OTAN pendant la guerre froide, est devenue communément admise dans bon nombre de publications spécialisées. Aux Etats-Unis, tout comme en Europe ou dans l’OTANCamille Grand, « La dissuasion nucléaire et l'Alliance au XXIe siècle », Revue de l’OTAN, 2016., on peut régulièrement lire que la Russie compense son infériorité conventionnelle par un abaissement dangereux du seuil nucléaire. A ce titre, les déclarations officielles russes qui le nient ne sont pas jugées crédibles et sont vues comme participant à création d’un climat d’ambiguïté calculéElbridge Colby, « Russia's Evolving Nuclear Doctrine and its Implications », Note de la FRS, n°01/2016, 12 janvier 2016.. Les représentants officiels utilisent régulièrement ces référencesRobert Work et James Winnefeld, Testimony before the Committee on Armed Services, U.S. House of Representatives, 25 juin 2015.
« Russian military doctrine includes what some have called an “escalate to de-escalate” strategy – a strategy that purportedly seeks to deescalate a conventional conflict through coercive threats, including limited nuclear use. »
Statement of General Curtis Scaparrotti, Hearing, Commander of United States European Command, House Committee on Appropriations, Subcommittee on Defense, 29 mars 2017.
« Most concerning, however, is Moscow’s substantial inventory of non-strategic nuclear weapons in the EUCOM AOR and its troubling doctrine that calls on the potential use of these weapons to escalate its way out of a failing conflict »
, qui sont explicitées dans des documents réalisés à l’attention des décideurs politiques comme par exemple les rapports d’information au Congrès américain du CRSAmy Woolf, « Nonstrategic Nuclear Weapons », Congressional Research Service 7-5700, 21 février 2017. ou le dernier rapport du Sénat français publié en mai 2017La nécessaire modernisation de la dissuasion nucléaire, Rapport d'information n° 560 (2016-2017) de MM. Xavier PINTAT, Jeanny LORGEOUX, André TRILLARD, Pascal ALLIZARD et Claude HAUT, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, déposé le 23 mai 2017
« La Russie entretient donc à dessein une posture ambiguë et intimidante en maintenant une incertitude quant à l'emploi possible de l'arme dans le cadre d'un conflit conventionnel qu'elle voudrait conclure avantageusement (escalade pour la désescalade). »
. De fait, l’expression est popularisée et devient d’usage dans le monde politiqueAdrian Croft, « UK concerned over 'threatening' Russian nuclear strategy », Reuters, 6 février 2014., sans qu’elle ne soit systématiquement dûment justifiée par les auteurs qui la véhiculent.

L’idée selon laquelle Moscou participe à l’abaissement du seuil du nucléaire en développant une stratégie d’emploi dangereuse et en renforçant son arsenal d’armes nucléaires dites « tactiques » est donc devenue une sorte d’évidence dans le débat stratégique. Pour autant, plusieurs spécialistes l’ont remise en cause récemment, évoquant un « mythe » qui ne refléterait a priori pas la politique actuelle.

Kristin Ven Bruusgaard a fait paraître une analyse très remarquée en septembre 2017, dans laquelle elle conteste l’existence d’une doctrine de « dé-escalade » en s’appuyant sur plusieurs élémentsKristin Ven Bruusgaard, « The Myth Of Russia’s Lowered Nuclear Threshold », War on the Rocks, 22 septembre 2017..

Au niveau de la doctrine, elle note les évolutions ces dix dernières années qui indiquent un souhait russe de rehausser le seuil nucléaire. En effet, elle constate que vers 2000, la faiblesse conventionnelle de la Russie constatée au Kosovo l’avait convaincue de s’appuyer davantage sur ses armes nucléaires. C’est à cette époque que des articles fondateurs avaient été publiés en faveur d’un usage d’armes nucléaires précocement lors d’un conflit pour tenter d’obtenir sa désescaladeV.I. Levshin, A.V. Nedelin and M.E Sosnovsky, « O primenenii yadernogo oruzhiya dlya deeskalatsii voyennykh deistviy » (On Use of Nuclear Weapons for De-escalation of Military Operations), Voyennaya Mysl, mai 1999.. La Russie semble avoir été séduite par cette idée à l’époque, reflétée dans des exercices ou la formulation de la doctrine militaire 2000, sans toutefois être formellement reconnue ou adoptée au plus haut niveau.

En 2014 cependant, la Russie est revenue à un discours plus classique, réservant ses armes nucléaires à des situations « où la survie même de l’Etat serait en danger »Russian Military Doctrine, Kremlin.ru, 2014.. La doctrine de 2000 aurait donc une un caractère transitoire censé gérer la décennie nécessaire à la recomposition des forces conventionnelles russes. Kristin Ven Bruusgaard s’attache en particulier à l’introduction dans le texte de 2014 de la notion de « dissuasion non-nucléaire »

Deuxièmement, elle évoque la montée en puissance conventionnelle de la Russie du fait d’investissements constants depuis dix ans qui lui ont permis de disposer de nouvelles capacités, et en particulier de réaliser des frappes de précision conventionnelles à distance, ou encore de rivaliser sur le terrain infra-conventionnel, notamment grâce aux moyens cyber. L’experte reconnaît que la Russie resterait inférieure à l’OTAN en cas de conflit prolongé, ce qui pourrait l’obliger à avoir recours aux armes nucléaires en premier. Mais ce ne serait pas forcément un usage précoce dans le conflit ni une tactique de désescalade.

Enfin, elle conclut en estimant que la Russie n’est pas prête à mener une politique « d’aventurisme militaire » qui pourrait la mener à un conflit ouvert avec l’OTAN. Il ne faudrait donc pas confondre une stratégie de signaux agressifs utilisés à des fins de politique interne et externe avec une stratégie d’utilisation précoce d’armes nucléaires.

Olga Oliker, du CSIS, estime également que la stratégie communément admise trouve peu de fondements objectifs, et que les déclarations agressives de certains leaders sont des manœuvres d’intimidation plus que le reflet d’une doctrine agrééeOlga Oliker, « No, Russia Isn't Trying to Make Nuclear War Easier », The National Interest, 23 mai 2016.. Elle note que les discussions et propositions émises par des analystes russes ne trouvent pas forcément leur source dans la littérature officielle, et que les voix qui continuent d’appeler pour l’abaissement du seuil nucléaire ne sont pas parvenues à devenir majoritaires.

Etudiant un large panel de discours sur la question, Olga Oliker estime que la question de frappes nucléaires préventives est régulièrement débattue en Russie, notamment en 2010 et 2014 lors de l’adoption de nouvelles doctrines militaires, mais n’a jamais réussi à s’imposer officiellement. Cette interprétation est notamment basée sur l’insatisfaction actuelle de ses principaux partisans qui continuent d’écrire qu’elle serait favorable aux intérêts de la Fédération de RussieOlga Oliker, Russia’s Nuclear Doctrine, What We Know, What We Don’t and What That Means, CSIS, mai 2016..

Par ailleurs, l’experte constate que la plupart des exercices militaires impliquent un usage stratégique des armes nucléaires visant à protéger l’existence de la nation et non pas conclure un conflit de manière avantageuse, à quelques exceptions près difficiles à interpréter (Zapad 1999 et Zapad 2009 qui auraient pu être des « essais » avant la révision de la doctrine, mars 2013 peut-être à des fins de signalement). De même, les programmes de modernisation des forces nucléaires concernent également principalement les forces stratégiques. Les armes à capacité duales sont développées surtout sous la forme conventionnelle, et les armes de courte portée ne seraient en grande partie pas déployées et stockées loin de leurs vecteurs potentiels. Les rumeurs de fabrication d’armes « chirurgicales » ne lui semblent pas suffisamment fondées. Ainsi, Olga Oliker conclut que si certains aspects de la stratégie russe sont déstabilisateurs et appellent une réponse occidentale, il n’existe pas de preuve selon laquelle Moscou abaisserait le seuil nucléaire et les principaux risques sont donc d’un autre ordre.

Ces critiques du discours courant apparaissent dans d’autres publications qui notent que Moscou cherche à accroître le rôle de la dissuasion conventionnelle et donc mécaniquement à rehausser le seuil d’emploi des forces nucléairesNicolai Sokov, « Why Russia calls a limited nuclear strike "de-escalation"? », Bulletin of the Atomic Scientist, 13 mars 2014.. Mais pour leurs auteurs, ces développements ne doivent pas conduire à un grand optimisme puisque la stratégie serait en réalité de brouiller les frontières entre guerre et paix, conventionnel et nucléaire et dans tous les cas d’accroître ses marges de manœuvre dans sa périphérieNicolas Roche, Pourquoi la dissuasion?, Paris, PUF, 2017, p. 221..

Une autre chercheuse norvégienne, Katarzyna Zysk, s’inquiète de l’arsenal courte portée russe et l’ambiguïté sur leur potentiel usage, mais admet que leur rôle tend à diminuer au profit de la dissuasion non-nucléaireKatarzyna Zysk, « Nonstrategic nuclear weapons in Russia’s evolving military doctrine », Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 73, n°5, août 2017.. Elle développe les choix doctrinaux effectués suite à 1999 et les options de frappe envisageables à l’époque. Mais elle reconnaît l’infléchissement observé en 2014, causé selon elle par le manque de crédibilité des doctrines de frappes nucléaires de désescalade.

La taille de l’arsenal d’armes non-stratégiques (voir ci-dessous) reste en effet un sujet d’interrogations, quelle que soit leur place dans la stratégie et même s’il est probable que la plupart ne soient pas déployées. Le brouillage entre armes nucléaires et conventionnelles peut également constituer un sujet d’inquiétude.

Estimations de l’arsenal non-stratégique russe

Cette controverse sur la doctrine russe appelle à plusieurs remarques. Tout d’abord, la répétition d’une thèse au sein de la communauté stratégique lui confère une légitimité qui peut l’installer dans le paysage politique et médiatique et lui donner rapidement le caractère de « donnée acquise ». Il est alors difficile pour les spécialistes du sujet, en l’espèce à même de suivre le débat interne en Russie, de s’opposer aux arguments généralement admis, qui ont tendance à entrer dans une perspective politique et non plus scientifique.

Deuxièmement, le degré d’ambigüité sur les déploiements en cours et la politique de « signalement agressif » (exercices, déclarations) entretenue par Moscou ne sont pas propices à clarifier la doctrine officielle.

Kristensen / NorrisHans Kristensen et Robert Norris, « Russian nuclear forces », 2017, Nuclear Notebook, The Bulletin of the Atomic Scientist, vol. 73, 2017.

SutyaginIgor Sutyagin, « Russia’s Non-Strategic Nuclear Forces », Occasional Paper, London: Royal United Services Institute, novembre 2012.

Total

2000

860–1040

Marine

Missiles de croisière, anti-sous-marins ou antiaériens, torpilles et missiles sur SNA, porte-avions, ou navires

760 têtes

330

Forces aériennes tactiques

Bombes à gravité et missiles de croisière AS-4 (Kitchen) portées par les Tu-22M3 (Backfire), Su-24M (Fencer-D) et Su-34 (Fullback)

570

334

Défense anti-aérienne et anti-missile

380

68-166

SRBM

SS-21 (Tochka) et SS-26 (Iskander-M)

140

128-210

Enfin, la question revêt une importance particulière lorsque l’on s’intéresse à la manière dont les membres de l’OTAN entendent faire face aux évolutions doctrinales russes. En effet, si les dirigeants occidentaux sont persuadés de l’abaissement du seuil nucléaire par la Russie, et si celui-ci ne correspond pas réellement à la stratégie russe, leurs réponses pourraient être inadaptées voire contreproductive. En effet, elles pourraient se focaliser sur un arsenal de courte portée dont le rôle est en réalité moins important et négliger d’autres secteurs plus menaçants dans les domaines infra-conventionnels, conventionnels ou stratégiques. Si les réponses visaient à abaisser le seuil nucléaire côté OTAN, elles pourraient même avoir un effet auto-réalisateur et être à l’origine de la déstabilisation reprochée à Moscou. Il est donc utile de rappeler que les réactions de l’Alliance Atlantique ne sont pas sans conséquences sur le positionnement russeDave Majumdar, « Everything You Need to Know: Russia's 'Tactical' Nuclear Weapons », The National Interest, 5 octobre 2017..

Télécharger le bulletin au format PDF

Partager


Sommaire du bulletin n°49

Télécharger le bulletin


Archives du bulletin

Retour à l'accueil du programme