Escalation and Nuclear Weapons in Russia’s Military Strategy

Katarzyna Zysk, bulletin n°56, août 2018

Le débat sur l’existence – ou non – d’une stratégie de désescalade par l’escalade en Russie se poursuit. Katarzyna Zysk, professeur associée au Norwegian Institute for Defence Studies, Norwegian Defence University College, vient en effet de publier un commentaire dans lequel elle estime qu’une telle stratégie est manifeste au vu des déclarations officielles, des programmes en cours ou encore des déploiements observés. Pour elle, l’accent mis sur le caractère défensif de la doctrine russe, ou encore sur le renforcement de ses capacités conventionnelles, n’exclut pas un usage nucléaire limité car les dimensions nucléaires et conventionnelles sont en réalité complémentaires pour mettre en place la politique de dissuasion, de défense et de coercition russe.

Au niveau doctrinal, Katarzyna Zysk cite principalement le Livre Blanc de 2003 et la reprise des stratégies développées par l’OTAN dans les années 1960. Ce document a été repris dans les doctrines navales de 2012 et 2017. Elle estime que les armes non-stratégiques navales (760 têtes disponibles sur différents vecteurs) seraient à ce titre essentielles pour conduire des frappes « politiques » destinées à pousser l’adversaire à cesser les hostilités. Cette stratégie s’appuierait fortement sur l’asymétrie des enjeux et des armes, en espérant une « auto-dissuasion » d’un adversaire doté d’armes trop puissantes, ainsi que sur l’importance des actions préemptives dans la culture stratégique russe.

L’auteur estime que le programme d’armements actuellement poursuivis s’inscrit bien dans une telle stratégie, avec un focus sur les missiles de croisière à capacité duale, des vitesses hypersoniques et des têtes « non-stratégiques » très dispersées, mais aussi l’amélioration des capacités navales flexibles de manière large.

Les exercices lui semblent également valider la thèse d’une désescalade via l’escalade, avec une volonté observée de contrôler l’escalade verticale et horizontale et de faire usage d’armes non-stratégiques en complément des opérations conventionnelles. Un certain nombre d’exercices rapides ont en particulier eu pour objectif de renforcer la préparation des unités commandant les forces non-stratégiques et leur capacité à agir rapidement dans des scénarios de défaite conventionnelle.

Katarzyna Zysk conclut sur l’existence certaine de scénarios de désescalade par l’escalade dans la doctrine russe, comme un des moyens de remplir ses objectifs politiques et stratégiques. Dans ce cadre, le diagnostic mené par la NPR lui paraît juste et il lui semble utile de réfléchir à un moyen de rendre un tel scénario moins attractif aux yeux de Moscou.

Télécharger le bulletin au format PDF