La restructuration inachevée de la politique africaine de l’Egypte

Yasmine Farouk, 22 mai 2018

Introduction

L’hypothèse défendue dans cette note est que la politique africaine de l’Égypte subit des dynamiques transformationnelles. Après plusieurs décennies marquées par un éloignement égyptien de l’Afrique, la collusion de facteurs nationaux et régionaux a entraîné la restructuration de cette politique. Cependant, cette refonte trouve souvent ses limites dans la tension qui oppose d’une part une volonté politique de changement, encouragée par le constat d’échec de la politique traditionnelle, et d’autre part les résistances en Égypte et sur le continent. La note commence donc par une analyse des vecteurs et des obstacles à la restructuration de la politique africaine de l’Égypte. Au-delà du changement du discours, nous présentons dans la deuxième partie les actions qui illustrent cette mutation en incréments de manière empirique dans les deux champs où elle se manifeste le plus : celui des politiques et celui des institutions. La note se termine en mettant l’accent sur les défis auxquels fait face la restructuration de la politique africaine de l’Égypte. Conformément à la tradition diplomatique égyptienne, les contours géographiques de cette note recouvrent ceux de l’espace subsaharien, même si l’action dans les pays arabes d’Afrique du Nord sera prise en compte là où elle est saillante. La note couvre donc principalement le premier mandat du président Sissi, investi le 8 Juin 2014. [...]

La version intégrale de cette publication n'est disponible qu'au format PDF.
Afin de lire cette version, merci de télécharger le fichier ci-dessous.

Télécharger au format PDF