La ruée sur la mer Rouge : la dimension militaire des enjeux et la stratégie des nouveaux acteurs

Hicham Mourad et amiral Patrick Hébrard, 03 juin 2019

Introduction

Le sud de la mer Rouge, et son extension vers le golfe d’Aden, est au centre d’une lutte pour la puissance et l’influence. Mues par des raisons et des intérêts divers, puissances régionales aussi bien que mondiales sont engagées dans une course à la prépondérance sur sa côte asiatique, au Yémen, ainsi que sur sa rive africaine, du Soudan à la Somalie. Au centre de cette zone, à l’entrée sud de la mer Rouge, le détroit de Bab-el-Mandeb situé entre le Yémen, Djibouti et l’Érythrée, contrôle le passage entre l’océan Indien, le golfe d’Aden et la mer Méditerranée via le canal de Suez. Plus de 40 % du trafic mondial empruntent cette voie maritime, et environ 5 millions de barils de brut et de produits pétroliers raffinés y transitent chaque jour. Cette région a doublé d’importance ces dernières années en raison de plusieurs facteurs : le développement depuis 2008 du phénomène de la piraterie au large des côtes somaliennes, menaçant la navigation des navires marchands ; le déclenchement en 2014 de la guerre civile au Yémen avec l’intervention de plusieurs acteurs régionaux, l’implantation de groupes terroristes, comme Al-Chabab en Somalie et Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), qui a élu domicile au Yémen, profitant de l’instabilité et du vide politique créés par le conflit armé.

[Télécharger le fichier pour lire l'étude en intégralité]

Télécharger au format PDF