Le Salon MSPO 2015 et la modernisation des forces armées polonaises

Défense&Industries n°5
Krzysztof Soloch, octobre 2015

Le 23ème salon de l'armement MSPO, qui s'est déroulé du 1er au 4 septembre 2015 à Kielce en Pologne, a réuni 543 exposants de 28 pays et attiré des délégations en provenance de 58 pays. Deux raisons expliquent cet intérêt pour ce salon le plus important en Europe centrale et orientale : la taille relativement substantielle des forces armées polonaises dont les armements et équipements nécessitent des investissements d’ampleur et la décision des autorités de consacrer 2 % du PIB aux dépenses militaires. Cet effort coïncide avec la réalisation du programme de modernisation des forces armées polonaises sur la période 2013-2022, et dont l'enveloppe avoisine les 140 milliards de zloty (34  Mds €).

Bien que plusieurs programmes connaissent une dérive calendaire, cette part de 2 % du PIB consacrée à la défense a été perçue à l'étranger comme porteuse d’opportunités commerciales. En nombre d’exposants, les Etats producteurs et exportateurs d’armement les plus représentés ont ainsi été les Etats-Unis (46), l'Allemagne (35), la France (22), la Grande-Bretagne (18) ou encore la Norvège (15). Invitée d'honneur du salon MSPO 2015, la Norvège a profité de cette occasion pour présenter son dernier système antiaérien NASAMS II (National Advanced Surface-to-Air Missile System), lequel fait l’objet d’une offre dans le contexte du marché relatif au système antiaérien et antimissile de courte-portée NAREW. Avant de moderniser ses capacités de défense aérienne, la Pologne a procédé à la modernisation de ses défenses côtières en notifiant au groupe norvégien Kongsberg un contrat de fourniture de batteries de missiles antinavires NSM (Nawal Strike Missile).

La venue de la ministre norvégienne de la Défense, Ine Eriksen, a confirmé l'importance donnée par la Norvège à la coopération avec la Pologne en matière de défense. Durant le salon, les deux pays ont ainsi fait état de leur souhait d’acquérir ensemble des sous-marins conventionnels. La Norvège, qui s'apprête à remplacer sa flotte de sous-marins type Ula, n'a pas encore chiffré le nombre exact d’unités commandées (une officialisation attendue en 2016) alors que la Pologne a déclaré son intention d’acquérir 3 unités, en remplacement de ses sous-marins type Kobben (programme Orka), pour des livraisons attendues entre 2023 et 2025. Rappelons que peu de temps avant le selon MSPO 2015, le ministère polonais de la Défense avait déclaré que le programme Orka serait très probablement réalisé dans le cadre d’une coopération internationale dans l’optique d’une baisse des coûts (option d’une coopération Norvège/Pays-Bas, élargie à la Pologne). Toutefois, l'incertitude est de mise concernant l’armement de ces futurs sous-marins, la Pologne ayant déjà souligné ses exigences en termes d’intégration de missiles de croisière.

Le salon MSPO 2015 a également mis l’accent sur la coopération entre les entreprises allemandes Rheinmetall et Krauss Maffei Wegmann (KMW) avec le groupe polonais Polish Defence Holding (PHO), et ce, dans le contexte de la modernisation du parc de 128 chars Leopard mais également de chars polonais T-72 et PT-91. L'avenir de cette coopération industrielle reste toutefois incertain eu égard au retard pris dans l’exécution de ce programme de modernisation (discussions en cours entre le ministère polonais de la Défense et le groupe PGZ-Polska Grupa Zbrojeniowa). Par ailleurs, Huta Stalowa Wola (HSW) a présenté la version aboutie du canon automoteur à roue KRYL, doté d'une tourelle télé-opérée de 30mm et intégré sur le châssis 6x6 Jelcz 663.32, ainsi que l'obusier Krab de 155mm (sur plate-forme coréenne K9 de Samsung Techwin), commandé à 24 exemplaires par la Pologne. HSW participe également au projet slovaque de transporteur Scipio qui utilise le châssis modifié de Krab et la tourelle autoguidée Zuzana 2 dotée d'un canon de calibre 52mm. Il s'agit d'une coopération entre HSW, Konstrukta-Defence et ZTS-Special qui appartiennent au groupe public slovaque DMD Group.

 Dans le domaine de la défense antimissile, tous les regards étaient tournés vers le missilier américain Raytheon, sélectionné par la Pologne en avril 2015, dans le cadre de son programme de défense antiaérienne et antimissile de moyenne portée (Wisla). Raytheon a ainsi communiqué davantage d’éléments sur la future antenne active à balayage électronique (AESA) qui devrait mettre en œuvre un nouveau type de modules d’émission en nitrure de gallium (GaN), permettant une amélioration significative du rendement général de l’antenne. Les incertitudes demeurent cependant sur le radar destiné au système Patriot (Patriot PL), en raison du retard pris dans le développement et la production du prototype. Ainsi, Raytheon a-t-il confirmé sa finalisation en 2016, tout en soulignant que son efficacité pourrait diminuer d’environ 75 % en fonction du champ d’observation (la détection peut être améliorée en focalisant la puissance de l'antenne sur le point observé, mais au détriment de l'observation du reste du champ). Par ailleurs, les négociations officielles entre la Pologne et les Etats-Unis, lancées en mai 2015, se déroulent sans la présence des représentants de l'industrie polonaise de l'armement alors que la « polonisation » est censée se trouver au cœur du programme de modernisation des forces armées nationales.

Autre segment à l’honneur, les hélicoptères, et plus particulièrement les hélicoptères d'attaque, dans le contexte du programme polonais Kruk (en remplacement des hélicoptères soviétiques Mi-24D/W). L’hélicoptériste étranger le plus présent fut Airbus Helicopters, et ce, quelques mois après la sélection par la Pologne de son offre basée sur le H225M "Caracal". La filiale du groupe Airbus a ainsi mis en avant le Tigre HAD Block 2, le H225M en version CSAR et enfin le H145M, utilisé notamment par les forces spéciales allemandes. De son côté, le groupe américain Boeing a présenté l'hélicoptère AH-64D Longbow Apache ainsi que l’UH-60 et la nouvelle version de l’appareil AH-64E, quand Turkish Aerospace Industries (TAI) proposait son T129 ATAK. Ce dernier a été réalisé sur la base de l’hélicoptère A-129 Mangusta d’AgustaWestland.

La problématique de l'armement des
F-16 polonais a également représenté l’une des actualités du MSPO 2015, en particulier après l'achat par la Pologne des missiles AGM-158A JASSM. Orbital ATK a ainsi exposé son missile AARGM (Anti-Radiation Guided Missile) AGM-88E, une version modernisée de l'AGM-88 HARM (déclarée opérationnelle en 2012).

En outre, dans le contexte de l’acquisition prochaine de drones tactiques de courte portée (programme Orlik) et de mini-drones de très courte portée (programme Wizjer), les producteurs polonais WB Electronics, MSP et Wojskowy Instytut Techniczny Uzbrojenia ont joué la carte des capacités nationales. Le premier, WB Electronics, a ainsi montré une version très avancée du projet de drone Manta (avec un rayon d’action d’environ 200 km), en plus de la version améliorée du drone FlyEye, lequel bénéficie déjà d’une certaine notoriété auprès des forces armées polonaises. De son côté, MSP a présenté le drone tactique (Koziorog) et le mini-drone (Szablak). Enfin, Wojskowy Instytut Techniczny Uzbrojenia a mis en exergue son drone Shadow CR4 ainsi qu’une bombe guidée Larus destinée à armer les drones. S’agissant du programme de drones tactiques de moyenne portée Gryf (sélection du fournisseur prévu dans les prochains mois), la compétition se joue entre le système Hermes 450 de l’israélien Elbit, le Watchkeeper de Thales, le Falco de SelexES, le drone Anka de TAI et enfin le Shadow M2 de Textron. Notons que PGZ et Elbit ont signé, le 17 septembre 2015, un accord de coopération.

Dans le contexte des élections législatives du 25 octobre 2015 (et le changement probable de gouvernement avec l'arrivée au pouvoir du parti Droit et Justice de Jaroslaw Kaczynski), certains responsables politiques évoquent une possible révision du programme de modernisation des forces armées (sur la période 2017-2026). Cette dernière   viserait à mieux prendre en compte les retards calendaires pris par certains programmes, sans toutefois impliquer de changements majeurs. Quant aux rumeurs d’annulation du marché de fourniture d’hélicoptères Caracal (notifié en avril 2015 à Airbus Helicopters), elles sont à replacer dans le cadre d’une campagne électorale très offensive.

Télécharger l'article au format PDF